Indiscretions et mutineries

version 2 ~golden hour

Julie de Waroquier - Light pun

Eclipse

| 0 Commentaires

Julie de Waroquier - Light pun

Julie de Waroquier – Light pun

Les mardis se suivent et s’assemblent à défaut de s’harmoniser. L’éclipse se dessine entre mes parallèles, bienvenue au printemps, aux fleurs de cerisiers, aux brumes qui s’éloignent et autres réjouissances.

Ma vie professionnelle s’agite depuis un mois bientôt, trois projets parallèles : un qui détonne comme un défi, un qui s’avale comme du bon thé (bon-thé), le plus ancien qu’on essaie de trancher en parts sans abîmer la fève. Des formes se dessinent pour une définition plus nette à la fin de l’année, oui je reparle en temps scolaire j’ai même hâte aux vacances.

Voilà l’idée que je me faisais de l’early printemps, le cap que je maintiens face aux rappels des essentielles priorités. Qu’on se prend certains matins en face.

Être là pour les proches, les amis, la famille, faire face aux coups, durs, changer les plans, se sentir vraiment loin d’habiter loin et de ne soutenir sur place que par intermittence, quand on pense tous les jours que le bonheur dont on déborde on devrait pouvoir l’étaler, sur chacun pour équilibrer les injustices que la vie tranche. Alors que la vie s’en moque bien de l’équilibre, elle tire au sort les cartes à six faces les mains dans le dos d’âne.

L’éclipse passe et changent nos heures, la fatigue des rythmes nouveaux se tasse. Je croise les doigts pour que chacun des cœurs autour se rétablisse. Et je souris d’autant plus fort à l’annonce de naissance et d’union à venir !

Les saisons nous échappent mais les jours nous impriment, sous la peau des images.

Laisser un commentaire